• Fréquences
  • Accès
  • Contact

L'ORTF ou Office de Radiodiffusion-Télévision Française

Logo utilisé par l’ORTF entre 1964 et 1974
Logo utilisé par l’ORTF entre 1964 et 1974
(1964-1974)

L’ORTF est marqué par la question de son autonomie, sur fond de liberté de l’information et de maintien du monopole d’Etat. 

 

En 1964, il est décidé de réformer la RTF afin de lui donner de nouveaux statuts et une plus grande autonomie. La loi du 27 juin 1964 confie au nouvel ORTF la mission de "satisfaire les besoins d’information, de culture, d’éducation et de distraction du public".

La loi du 3 juillet 1972 crée un poste de président-directeur général de l'ORTF nommé par le gouvernement. Au cours de ses dix années d’existence, l’ORTF va évoluer au gré de conflits et de nombreuses réformes qui visent à satisfaire partisans et opposants de la libéralisation politique du service public de la radiodiffusion et de la télévision française.

À la suite de vifs débats parlementaires, la publicité de marque est autorisée en 1968 sur les chaînes de télévision de l’ORTF. Pour la radiodiffusion, seuls les "messages d’intérêt collectif" restent permis. L’essentiel des moyens financiers est donc, dans les faits, représenté par la redevance pour droit d'usage des postes récepteurs de radiodiffusion et de télévision. En 1968, les principes appliqués sont les mêmes depuis 1933 pour la radiodiffusion et 1948 pour la télévision. 

Durant les évènements de Mai 68, les grévistes de l'ORTF, en plus des revendications liées aux salaires et aux conditions de travail, souhaitent s'émanciper des "directives ministérielles" et exigent la liberté de création et d'information. L’Opération Jéricho est lancée en juin 1968. Pendant une semaine, au nom de la solidarité du public, des marches silencieuses menées avec différentes catégories professionnelles sont organisées autour de la Maison de l’ORTF. Voir aussi : https://www.maisondelaradio.fr/silence-radio

Les programmes radio proposés évoluent également au cours de cette période et s’adaptent à une baisse de l’audience. Certains auditeurs se tournent en effet vers les radios périphériques et les radios pirates. 

Une nouvelle chaîne de radio thématique fera son entrée à l’ORTF en 1971 aux côtés de France Inter, France Culture et France Musique. La formule de Fip, France Inter Paris, mêlant musique et brèves informations pour les automobilistes connaîtra un grand succès et sera déclinée en région.

En 1969, pour couvrir l’événement extraordinaire que représentent les premiers pas de l’homme sur la lune et concurrencer la force de l’image télévisée, l’ORTF unit trois de ses chaînes de radiodiffusion, France Inter, France Culture et Inter Variétés en une seule "Radio Terre" qui émet en direct durant 30 heures, alternant explication scientifique, reportage, musique et divertissement. 

Après une baisse substantielle dans les années 1950, les émissions destinées à l’étranger voient l’augmentation de leur volume à partir de la fin des années 1960. La création de la Direction des affaires extérieures et de la coopération de l’ORTF (DAEC), effective en 1969, a pour vocation de promouvoir la langue et la culture françaises à l’étranger et de favoriser les échanges internationaux.

Le démantèlement de l'ORTF est promulgué par la loi du 7 août 1974. Sont instaurés sept organismes indépendants sans instance de coordination : Radio France, TF1 (Télévision Française 1), Antenne 2, FR3 (France Régions 3), TDF (Télé Diffusion Française), la SFP (Société Française de Production) et l’INA (Institut National de l'Audiovisuel).

Les années ORTF restent emblématiques pour l'histoire politique du pays et pour son histoire sociale et culturelle grâce aux programmes de radiodiffusion et de télévision mis à disposition du public.

Extraits des collections du Service Archives écrites et Musée de Radio France (reproduction interdite) 

Logo de Radio France de 1975 à 1994

Radio France est l’héritière de l’ORTF, de la RTF, de la RDF, de la Radiodiffusion nationale et du Service de la Radiodiffusion au ministère des PTT