• Fréquences
  • Accès
  • Contact

Coup d’œil pour « fond de l’eau » de Mandarine

Coup d'œil de Radio France pour « fond de l’eau » de Mandarine
Mandarine © Mandarine

Rap in the water !

Un nom bien énigmatique que celui du collectif Mandarine, un nom trouvé dans l’instant autant que d’instinct, juste adopté parce qu’il sonne bien, mais aussi pour tout ce qu’il évoque. Ce choix singulier distingue d’emblée le groupe des autres artistes qui tracent leur route dans le monde du rap. Mandarine donc, de jeunes toulousains aux multiples influences unis par leur amour du genre.

Pour autant, ces musiciens et chanteur n’en sont pas à leur coup d’essai avec déjà 3 EP à leur actif. En 2020 sort le 1er éponyme, Mandarine, suivi de Coup de Chaud en 2022 (avec lequel ils font la 1ère partie du concert de Bigflo & Oli, de la ville rose eux-aussi), puis en mai 2023 tranquille, calme. Six nouveaux titres volontairement écrits en minuscule car plus intimes et personnels que leurs précédents, moins exaltés, “un EP philosophique, très humble...Notre projet le plus abouti” dira Julien (à la trompette et aux claviers) et dont le clip, fond de l’eau, vient d’être mis en ligne ce mois-ci, le 19 janvier dernier.   

Quand Julien (Dr Chill) et Martin Prince (chanteur, auteur et plus encore) se rencontrent sur les bancs du BTS audiovisuel du lycée des Arènes de Toulouse, émerge rapidement le désir de composer un rap fusionnant musique numérique et pratiques issues de la musique acoustique, improvisée, écrite. Rejoint en 2018 par Arnaud à la guitare et à la basse, Simon aka Ximun au saxophone. Si ils sont 4 sur scène, le collectif compte en réalité 7 membres, une petite famille totalement autonome qui fait tout maison, graphisme, communication, production, scénographie, mixage, montage vidéo, rien n’est laissé au hasard ou à d’autres. Ils alchimisent leurs influences très vastes  (jazz, funk, afro, blues, soul, rock...) en un hip hop alternatif, un son bien à eux, riche et symbiotique, à la prod et aux arrangements hyper léchés, ultra séduisant.

Il suffit d’entendre les premières notes de ce fond de l’eau (chanson qui ouvre l’EP), pour réaliser que nous sommes loin des canons du rap. Doux clavier, effluves de sax au lointain, voix avec reverb, au début inaudible, tout concoure à tendre l’oreille à cet intriguant chant de sirène. Nous voilà enveloppés, immergés dans une composition aux bels effets d’écho à la manière des ondes qui se propagent à la surface de l’eau. Pourtant, prédomine un sentiment de foisonnement mélodique, chaque musicien aguerri apporte sa couleur, sa sensibilté mais le tout sonne dans une belle fusion sensible et limpide.

"Dans leur nouveau clip, on plonge dans un bleu poétique, bercé de paroles conscientes dans une ambiance autant rêveuse qu’aquatique, idéal pendant notre hibernation temporaire ! Mandarine sort de son cocon pour donner le meilleur sur la scène des Inouis du printemps de Bourges (sélection Région Occitanie) à Toulouse le 10 février prochain, je croise les doigts pour la Team !", précise notre déléguée musicale Sud-Ouest Muriel Chedotal.

Dans fond de l’eau, le collectif navigue entre new urban jazz et rap new wave (tiens ! “nouvelle vague”, un terme bien à propos...), ouvre encore plus d’horizons à un rap français en plein renouveau. Sa musique, profonde et lumineuse, organique et numérique, fait scintiller un rap couleur Mandarine. Touché !

▶️ Plongez jusqu’au fond de l’eau, un clip réalisé par Martino Palmero 🔽

Mandarine en concert :

  • Le 10 février à Toulouse, les Auditions Inouïs du Printemps de Bourges (soirée 2, Région Occitanie), Le Métronome. Gratuit sur réservation : lemetronum.fr 
  • Le 7 mars à Paris, Le Hasard Ludique. Réservation sur lehasardludique.paris  

■ Mandarine à suivre sur Facebook, Instagram et leur chaîne YouTube

Radio France tout au long de l’année accompagne la vitalité de la scène et de la production française. Nous revendiquons notre rôle de soutien et notre capacité à inventer tous les jours de nouveaux dispositifs pour faire vivre cette belle exception culturelle française

Thème(s) associé(s) :

A lire aussi

Du rêve à la rave !

A l’écoute de ce morceau à l’esthétique techno assumée du groupe angevin Hyper Jacuzzi, bien malins sont ceux qui pourraient deviner qu’à l’origine, ce combo basse/sax/batterie vient du jazz !