• Fréquences
  • Accès
  • Contact

Coup d’œil pour « La Ligne » de Josy Basar

Coup d'oeil de Radio France pour « La Ligne » de Josy Basar
Josy Basar © Boni

La Ligne, un titre carré captivant !

D’où peut bien sortir ce Josy Basar ? Les férus de bons sons alternatifs, adeptes de rock psyché, post-punk et électro se souviendront de 2PanHeads, de leur galette sortie en 2022 sur le label Coco Machine, "All About Concept". Josy Basar n’est autre que la moitié de ce talentueux duo. Depuis, le messin, auteur, compositeur et interprète, a pris la tangente pour tracer sa propre route, préférant s’orienter vers un projet plus personnel. Depuis son envol en solo, son parcours a particulièrement été marqué par une tournée en Europe de l’Est, République tchèque et Slovaquie, en première partie de Princess Chelsea, des expérimentations dont il nourrit ses titres synthétiques. Après quelques singles, Josy Bazar nous livre un avant-goût de son 1er album, Alinéa, un hommage à la chanson francophone pour lequel il nous faudra patienter jusqu’au 9 février 2024. D’ici là, cap sur l’hypnotique La ligne, un titre et son clip parus le 10 novembre dernier, en ligne de mire du charme et du chien !

 Mais pourquoi Josy Basar ? Notre homme a créé son alter égo artistique à partir de son second prénom, Josselin soit Josy, et Basar comme le quartier proche duquel il habitait à Shangaï, un nom par ailleurs très répandu dans Les Vosges, sa terre natale. C’est d’ailleurs bien un retour aux sources ou tout au moins à l’origine qu’il incarne, peut-être même malgré lui. De ses chansons se dégage une poésie singulière, brute, celle d’un banal sublimé. L'esthétique d’un paysage rural délaissé, les plaines de sa Région, ses silos, ses poteaux, ses usines désaffectées, ses bassins sidérurgiques deviennent le terreau fertile de ses créations, l’engrais de son inspiration.

À mi-chemin entre chanson française et synth-pop lo-fi, entre Arne Vinzon et Flavien Berger, avec La ligne Josy nous entraîne dans un voyage aussi métaphorique qu’enivrant sur une rythmique minimale mais oh combien efficace. "Pour aller d’un point A à un point B", suivant le principe de l’écriture automatique, d’une voix froide, Josy Basar campe dès le début le décor, happe l’auditeur à qui il revoit constamment la balle en répétant ce leitmotiv, "Comment ? Pardon ? J’ai pas compris la question ?".  

"Le suspens nous rend instantanément captif de cette entrée en matière énigmatique, autant que de cette ligne de basse identique de bout en bout sur laquelle se greffe des fluctuations subtiles et ensorcelantes de synthé, de boite à rythme. Nous voilà embarqué, aux aguets en attente d’une réponse, d’un épilogue, d’une destination, le tout sur des images stroboscopiques aussi syncopées que ne l’est sa musique, un vrai bijou !", s’exclame notre Déléguée musicale Nord-Est Marie-Lyne Furmann.

Tel un raconteur chanteur, Josy Basar nous offre là un mini cours de géométrie abstraite prétexte à un questionnement existentiel, aller du point A au point B telle est la question. Son titre s’impose subrepticement chez qui l’entend comme une évidence, un titre au charme entêtant d’une apparente simplicité, c’est bien là la patte d’un d’orfèvre. Mais comme dans tout voyage l’arrivée importe peu, ce sont les détours et le chemin parcouru qui font sens. La ligne transmute le banal en Odyssée, les points en rochés, une ligne droite vers une superbe échappée.

▶️ L’énigmatique Josy Basar trace “La ligne”, clip réalisé par Camille Trevars 🔽

▶️ En concert :

  • Le 8 décembre 2023 à Rennes, festival Bars en Trans à La Tête de Chou. Réservations sur barsentrans.com 
  • Le 23 février 2024 à Metz, Release Party aux Trinitaires, avec Arne Vinzon et Elsa Michaud citemusicale-metz.fr  

▶️ À suivre sur les réseaux Facebook, Instagram et sur YouTube

Radio France tout au long de l’année accompagne la vitalité de la scène et de la production française. Nous revendiquons notre rôle de soutien et notre capacité à inventer tous les jours de nouveaux dispositifs pour faire vivre cette belle exception culturelle française

Thème(s) associé(s) :

A lire aussi

Du rêve à la rave !

A l’écoute de ce morceau à l’esthétique techno assumée du groupe angevin Hyper Jacuzzi, bien malins sont ceux qui pourraient deviner qu’à l’origine, ce combo basse/sax/batterie vient du jazz !

Vol au-dessus d’une électro magnétique

Owen le Guen, avec un nom pareil on pourrait s’attendre à de la musique celtique, que nenni, il s’agit bel et bien de musique électronique.