• Fréquences
  • Accès
  • Contact

À l'air libre du 5 au 11 décembre 2022

Radio France soutient la scène française
Radio France soutient la scène française © Tijs van Leur/Unsplash

Le sapin de Noël trône déjà dans votre salle à manger ? Le gros rouge matelassé va bientôt débarquer chez nous tous et ne nous laissera plus aucun répit entre dinde à cuisiner, cadeaux à acheter et cartes de vœux à préparer (dans le désordre) ? Avec À l’air libre, allons prendre, pendant qu’il en est encore temps, du bon temps et rejoindre des soirées musicales en Régions. Et qui sait ? Peut-être même plus allumer qu’une veillée !

Sud-Est : le nouveau-né de Maxwell Farrington et Le Superhomard, à mettre impérativement au menu

En plus de vous donner une idée de plat de résistance pour changer de la dinde, Maxwell Farrington (cuisinier par ailleurs) et le Superhomard garantissent une ambiance douillette et voluptueuse. Leur nouvel album s’écoute confortablement installé au coin du feu en fin de soirée. Mais à applaudir sur scène, c’est encore mieux, à Arles au Cargo de Nuit dès le 9 de ce mois. « Yuletide and I’ll Tide with Yann » est sorti il y a peu sous le label rennais Beast Record et Crème Brûlée de Dinan (là c’est pour le dessert). Un opus d’ores et déjà sélection FIP, qui programme en outre une soirée spéciale en compagnie du groupe le 15 décembre prochain.

Tout a commencé entre ces 2 artistes en 2019 quand ils se rencontrent à Paris à La Boule Noire. Ça a tout de suite matché entre le chanteur australien, installé dorénavant à Saint-Brieuc et l’avignonnais Christophe Vaillant alias Le Superhomard. Ils discutent des heures durant sur leur passion commune pour Lee Hazlewood, Scott Walker ou Frank Sinatra… autant de mythes, autant de crooners.

« Leur nouvel opus ne peut être plus d’actualité, Yuletide and I’ll Tide with Yann est un concentré de chansons dédiées à Noël. Un cadeau fait de compositions aux arrangements subtils, de pop acoustique, tout à la fois intemporelle et d’aujourd’hui », souligne notre déléguée musicale Véronique Hilaire. Des ballades portées par la belle voix de baryton de Maxwell. Des mélopées élégamment teintées de blues et dont émane un soupçon de nostalgie et enrobées de poésie. En un mot, savoureux !

► Extrait de leur nouvel album 🔽

  

► Réservations au Cargo de Nuit à Arles le 9 décembre sur cargodenuit.com 

Nord-Ouest : Grande Bretagne-Italie, Justin Adams-Mauro Durante, 2 univers, une émotion !

Ils ont en commun un CV affolant, de prestigieuses collaborations et l’amour des musiques de transe.

Justin Adams, le guitariste britannique de Robert Plant (Led Zeppelin). En amoureux de la musique africaine il a produit Tinariwen, Lo'Jo et Rachid Taha. Il a aussi collaboré avec le groupe touareg Terekaft, Sinead O'Connor ou encore, parmi d’autres, le songwriter Piers Faccini. Un talent indéniable pour le rock mais aussi le blues qu’il frotte aujourd’hui aux musiques folkloriques d’Italie, celle des Pouilles en s’acoquinant avec Mauro Durante.

Ce chanteur, violoniste et percussionniste à l'énergie débridée est le leader du septuor italien Canzoniere Grecanico Salentino. Maître incontesté de la « pizzica » (style musical du sud de l’Italie), il a parcouru le monde avec Ludovico Einaudi, a joué avec l'ancien batteur de Police, Steve Copelands, mais aussi Trilok Gurtu, Richard Galliano, Goran Bregovic, Ibrahim Maalouf ou encore Giancarlo Parisi. Au sein de son groupe il réinvente la taranta, cousine de la tarentelle napolitaine et rituel de guérison.

10 ans après leur 1ère rencontre et à la faveur des confinements successifs, le duo sort en 2021 un album, Still Moving sur Ponderosa Music Records. Un son brut moderne, entre la ferveur de la tarentelle et l’âpreté du blues du Mississippi qu’apporte la guitare, entre les envolées volcaniques du violon et les riffs électriques virevoltants. Des titres dans lesquels un rock décomplexé et des inspirations sub-sahariennes s’unissent en  parfaite symbiose.

En tournée dans l’Ouest, Justin Adams et Mauro Durante nous rappelle aux belles vertus du métissage et incarnent un tourbillon rythmique aussi vertigineux qu’ensorcellent !

► Justin Adams et Mauro Durante en live 🔽

► Ne tardez pas à réserver, il reste encore des places pour les concerts suivants :

Nord-Est : Il était une fois la nouvelle création du beatmakers Al’Tarba…

« L’incroyable producteur toulousain Al’Tarba se lance un vrai challenge, réorchestrer son répertoire avec des instruments acoustiques et créer de nouvelles compositions mêlant le langage des musiques actuelles et classiques. Sa création est coproduite par La Poudrière de Belfort et Le Moloco à Audincourt », nous éclaire notre déléguée musicale Marie-Lyne Furmann.

Pour ce faire il invite 2 rappeurs d’exception, le Kiker Swift Guad et Vîrus. La chanteuse de flamenco Paloma Pradal se joint à la fête ainsi que cinq musiciens de l’École Supérieur de musique de Bourgogne Franche-Comté.

Un casting de choc qui croise le sage clavecin avec le rap le plus brut, marri l’ampleur des violons et violoncelles avec des plages hip hop percutantes. Une création orchestrale exceptionnelle qui s’annonce magnétique.

En seconde partie de soirée, place au nouveau live solo d’Al’tarba. L’occasion de se laisser envouter par les titres de son dernier album, La fin des contes, une plongée dans l’imaginaire d’un enfant qui explore les limbes féeriques et cauchemardesque des récits initiatiques. Des morceaux qui tiennent du sortilège à l’image du trip d’une Blanche Neige qui aurait préféré gober un LSD plutôt que de croquer la pomme (du coup forcément son salut est plus incertain, il lui faudra plus que le baiser d’un prince charmant pour se tirer d’affaire). Un véritable cabinet de curiosité musical, un abstract hip hop foisonnant, cinématique et exaltant, en un mot, Al’Tarba c’est fantastique !

► Al’Tarba : La fin des contes, dernier album en écoute 🔽 

► En concert :  

Sud-Ouest : La 1ère édition de l’Arcachon jazz festival, tout nouveau tout jazz !

Pour balancer du bassin agréablement, mettons les voiles sur la toute première édition de l’Arcachon Jazz Festival, 6 concerts qui s’annoncent haut en couleur, bien qu’entièrement consacré à la note bleu. Au Théâtre Olympia du 8 au 10 décembre se sont 3 soirées qui hisseront haut le pavillon d’un jazz aussi pluriel qu’enthousiasmant.

Le jeudi c’est un maitre des baguettes, un bon groove man, Manu Katché armé de son 10ème album The Scope qui ouvre le bal. Il emboite le pas du pianiste Thomas Bercy en trio en 1ère partie de soirée, formation incontournable de la scène jazz régionale, pour un hommage au Duke, Duke Ellington off course. Le lendemain place au swing. Just in Time Quartet interprète les plus grands standards, suivi du sextet Swing Bones & Nicolas Gardel au lyrisme flamboyant. Pour clore ce tout jeune festival une soirée gospel avec l’une de ses figures emblématiques tout droit venu de Nouvelle-Orléans, Bridget Bazile dans un hommage vibrant à Joséphine Baker.

► L’Arcachon Jazz Festival ou quand jazz rime avec régal. Tout le programme sur arcachon.com.

Manu Katché en live dans Don’t you worry  lors d'un concert enregistré par France Musique pour la 40ème édition du Festival Jazz Sous les Pommiers, en août 2021 🔽 

Radio France tout au long de l’année accompagne la vitalité de la scène et de la production française. Nous revendiquons notre rôle de soutien et notre capacité à inventer tous les jours de nouveaux dispositifs pour faire vivre cette belle exception culturelle française

Thème(s) associé(s) :

A lire aussi

19.01.2023

Opéra-comique à hauteur d’enfant, opéra underground exalté à la mode espagnole, nouvelle soul enthousiasmante ou artistes émergentes à suivre de près, À l’air libre vous entraîne dans les chemins de traverses à la découverte de belles so